Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 21:09

Mardi 9 Juin 15.

Il est tombé par terre, c’est la faute à Molière !

Sept participants et une participante (Martine, la locale) au départ d’Autrans en direction du célèbre plateau de la Molière pour cette traditionnelle sortie de 30 km et 839 mètres de dénivelé positif. Une approche en une longue et laborieuse montée composée d’une multitude de raidards ; Difficulté supplémentaire, un brouillard épais masquant les pièges et modifiant totalement l’appréhension des ces derniers. Tout était gris de gris, visibilité de quelques mètres seulement. C’est bien simple, il était presque impossible de distinguer une montée d’une descente ; Un peloton de vététistes un tantinet désorienté, si bien qu’il n’était pas rare d’entendre “ Qu’est-ce-qu’elle monte cette descente ! ” Difficile dans de telles conditions de suivre ensemble le même chemin et de rester grouper quand on ne distingue plus celui qui vous précède. Mais fort heureusement, si nous n’avions plus la vue nous avons pu garder l’ouïe et nous guider au son de la voix. Pour cela une solution : notre “radio émettrice connected” avec l’application “SOS vététistes en perdition”. Effectivement notre “station locale” est en capacité d’émettre par tout type de temps et tout type d’environnement, à plus forte raison depuis l’acquisition de son VAE. Seul inconvénient de ce VAE ou plutôt DAE “Destrier à Assistance Electrique”, c’est qu’il refuse l’obstacle et qu’il se cabre dans les fortes pentes . Résultat : quelques chutes et des montées qui se terminent souvent à la poussette. D’où la nouvelle maxime du jour “ Je suis tombé par terre, c’est la faute à Molière, le nez dans le ravin, c’est la faute à Baboulin ! ” (Sté Baboulin, conceptrice de l’équipement kit moteur).

Quelques kilomètres plus loin, à l’approche du sommet, l’épaisse masse nuageuse se déchire enfin. Nous retrouvons une visibilité convenable et une température plus clémente. Nous en profitons alors pour déjeuner tranquillement, installés confortablement à une table champêtre. C’est plus tard, alors que nous sommes de nouveau arrêtés en haut d’un raidard et tout près de l’entrée d’un supposé gouffre, que avons l’agréable surprise de voir débouler de nulle part une jeune femme arc-boutée sur sa machine et franchir avec brio la forte pente. Elle est toute jeune, toute mimi et très sympathique cette petite Marion. Les conversations s’engagent et nous apprenons qu’elle est “meneuse de traineaux” (et non pas de revue comme auraient pu l’espérer certains ...) sur le secteur d’Autrans et qu’elle possède quelques quarante-trois chiens d’attelage. Belle passion et sacré job ! L’échange est sympathique et très enrichissant pour nous qui ne connaissons pas grand-chose sur cette activité plutôt marginale. Pour le reste du parcours, c’est à dire du haut du plateau de la Molière jusqu’à l’arrivée sur Autrans, Roger’s a troqué son rôle d’animateur radio contre celui de coach de descente. Dés lors, il nous est pratiquement impossible d’approcher Marion tant cette dernière est monopolisée par le flux d’informations de son coach improvisé. Discrètement, nous avons glisser à Marion que si elle était capable de dresser une quarantaine de jeunes chiens, pourrait-elle éventuellement dresser un cabot un peu moins jeune pour le rendre moins bavard. Hélas, nous a t’elle répondu, si ce dernier avait été Nordique, au pire Dauphinois, elle aurait pu tenter quelque chose, mais avec un Marseillais, qui plus est, “de la grande maison”, c’était peine perdue. Tout ce que je peux vous proposer, c’est d’essayer les boules Kies ou de faire comme moi, c’est à dire prendre deux Efferalgan en arrivant à la maison (lol).

Après la superbe et longue descente de Bellecombe composée d’un single-track très technique, nous voilà de retour sur le parking du foyer de fond. Les discussions se prolongent encore tout en profitant d’un équipement bien pratique mis à disposition gratuitement pour le lavage des vélos. Trop forts(es) ces Vertacomicoriens(iennes), et ce n’est pas Martine et Marion qui diront le contraire. Une petite exception à la règle, pas de pot de l’amitié pour cette randonnée mais une bien belle rencontre !

                                                                        Alain Verse

 

Published by cyclorandonneurvarçois - dans VTT du mardi VTT
commenter cet article

commentaires

séjours vélo en espagne

logo velo cambril

Divers

TOPOS VTT                

LE CRV AU FIL DU TEMPS  

 

 

 

 

Articles Par Catégories